Google

C.O.   

CO ? Quezako ???

La course d'orientation est une activité sportive de navigation avec carte et boussole. La forme traditionnelle est une course pied du type cross-country ; d'autres formes de course d'orientation sont nées au fil des années.

Au départ d'une course traditionnelle, les participants reçoivent une carte ; le terrain quelle représente ne leur est généralement pas familier. Il leur appartient de visiter, dans l'ordre défini, des points de contrôle qui sont indiqués sur la carte. En compétition, les points de contrôle doivent être visités aussi vite que possible. On dit de la course d'orientation que c'est une activité sportive pour la tête et les jambes.

Le symbole international de la course d'orientation. Ce symbole est utilisé sur les balises qui servent marquer les points de contrôle d'une course d'orientation

Sommaire

 

 

        

Historique

La course d’orientation — en anglais : orienteering, en français : CO — trouve son origine en Scandinavie au XIXe siècle en tant qu’exercice militaire. Sous forme de compétition civile, elle apparaît en Norvège en 1897. L’activité gagne en popularité avec l’apparition de boussoles plus fiables à partir de 1930. Elle devient un phénomène international dans les années 1960 parallèlement au développement des activités de plein-air et des prises de conscience environnementales.

En 2004, 63 différentes fédérations nationales, de tous les continents, adhèrent à la fédération internationale, l’International Orienteering Federation (IOF). La course d'orientation est reconnue sport olympique depuis 1977. Des championnats du monde sont organisés chaque année et la course d’orientation fait partie des Jeux mondiaux. Le programme des championnats du monde comprend quatre compétitions, pour hommes et femmes : sprint, moyenne distance, longue distance et relais. En compétition, au début des années 2000, le sport est dominé par les pays nordiques et la Suisse (Simone Niggli-Luder), même si les Français sont présents notamment en moyenne distance où Thierry Gueorgiou est champion du monde en 2003, 2004, 2005, 2007 et 2008.

En 2005, la Fédération Française de Course d'Orientation (FFCO) recense plus de 200 clubs, la Fédération suisse de course d'orientation (SOLV) en groupe environ 90, la Vlaams Verbond voor Oriënteringssporten (VVO) et la Fédération régionale des sports d'orientation (FRSO) comptent 17 clubs pour la Belgique et la Fédération Canadienne de Course d'Orientation (COF) en réunit environ 30. Les clubs organisent des entraînements souvent hebdomadaires et organisent des courses départementales, régionales ou interrégionales deux à trois fois par mois.

La carte

Les cartes utilises pour la course d'orientation sont habituellement plus détailles et plus précises que les cartes topographiques. Elles répondent aux normes établies par l'IOF. Les cartes indiquent clairement les obstacles la course, les détails perus au niveau de lil et la pénétrabilité de la fort. Les cartes sont généralement produites aux échelles du 1:5 000 ; 1:10 000 et du 1:15 000.

 

Exemple de carte :
le Salbert (90) parcours benjamin

Sur la carte en noir, le parcours réel d'une concurrente !

Les postes de contrôle

Postes de contrle. Ici, les postes de contrle d'une arrive, au nombre de trois.
 
Postes de contrôle. Ici, les postes de contrôle d'une arrive, au nombre de trois.

Les postes de contrôle sont établis près d'éléments visibles et expliqués séparément sur la carte ou sur une liste de définitions de postes normalise. Les postes sont signalés par une balise rouge/orange et blanche. Le concurrent atteste de son passage aux postes de contrôle soit en poinçonnant la case concerne dune carte de contrôle soit, depuis la dernière décennie du XXe sicle, l'aide d'un dispositif électronique qui enregistre son passage au poste.

L'absence de tout trajet pré-établi entre les postes de contrôle donne beaucoup de flexibilité dans l'organisation de la course. Chaque poste de contrôle, identifié par un numéro unique, peut servir aux courses de différentes catégories de concurrents, chacune de ces courses ayant son degré de difficulté et sa longueur propres.

Les différentes formes de la course d'orientation

Quelque formes de course d'orientation sont énumérées ci-après. D'innombrables variantes de ce sport sont possibles : certaines font usage de différents moyens de locomotion, d'autres suppriment l'aspect compétitif de activité.

Forme de base

Le concurrent dispose d'une carte d'orientation et, éventuellement, d'une boussole. Sur la carte sont mentionnes, en surcharge, les localisations :

  • du départ de la course, représenté par un triangle,
  • de l'arrive, représentée par deux cercles concentriques,
  • des postes de contrôle intermédiaires, représentés par des cercles numérotés.

Pour le concurrent, la course consiste rejoindre le plus rapidement possible l'arrive depuis le départ en passant par les différents postes de contrôle, dans l'ordre de leur numérotation, en suivant un cheminement laissé son appréciation.

Le sprint

Le sprint est le format de course le plus court ; il se pratique dans des parcs urbains ou sur des terrains urbanisés ou encore en forêt. La carte utilisée est à plus grande échelle, de 1:2 500 à 1:7 500. Les terrains étant généralement très ouverts et les postes de contrôle rapprochés, la durée d'un sprint varie de 10 à 25 minutes pour les meilleurs (selon la zone et la difficulté technique).

Le relais

Ce type de course implique des équipes de concurrents, les équipiers courant les uns après les autres. Chaque équipe effectue au final un parcours identique. L'preuve est remporte par l'équipe totalisant le meilleur temps de course.

La course au score ou course aux points

La course au score exige des concurrents de visiter les plus grand nombre possible de postes de contrôle dans un laps de temps imparti et dans un ordre laissé au choix du concurrent. Les concurrents quittent habituellement le départ en masse (et non plus chacun leur tour) et disposent, par exemple, dune heure. Les postes de contrôle peuvent représenter des valeurs différentes en fonction de la difficulté pour les atteindre ou de la distance parcourir pour les visiter. Tout retard génère une pénalité. Le concurrent vainqueur est celui ayant accumulé le plus grand nombre de points sur l'échelle des valeurs.

Le VTT-orientation

L'orientation en vélo tout terrain (VTT) en anglais : MTB-O, en français : VTT-O se rapproche des courses de VTT mais prend l'orientation en considération. La carte est habituellement à l'échelle de 1:20 000 et présente des symboles légèrement différents pour les sentiers et les chemins, ceci pour permettre une meilleure lisibilité mais également pour indiquer leur aptitude la circulation vélo. tant donné qu'il n'est habituellement pas permis aux vélos de quitter les sentiers, chemins et routes, le défi majeur consiste trouver le meilleur parcours pour circuler le plus vite possible. Un porte-carte parfois rotatif fixé au guidon du vélo est un équipement indispensable au concurrent.

Le ski-orientation

Pratiquer le ski-orientation en anglais : Ski-O s'apparente la forme traditionnelle de la course d'orientation. La carte comporte des surcharges destines indiquer la praticabilité des sentiers et chemins enneigés et mentionner les routes déneigées. Les espaces choisis pour les comptions comportent souvent un réseau de chemins très dense et les meilleurs concurrents arrivent des jonctions toutes les quinze secondes. Un porte-carte fixé au buste du concurrent est un accessoire indispensable. La course d'orientation peut encore se pratiquer en raquettes neige.

L'orientation de précision

La piste d'orientation en anglais : Trail-O ou Pre-O est une variante de activité pratique par les personnes moins-valides. L'objectif est la précision et non la rapidité. Il s'agit de déterminer, tout au long d'un parcours accessible, lesquels des postes de contrôle parmi d'autres sont ceux représentés sur la carte. Autre possibilité : indiquer sur une carte l'emplacement de postes de contrôle placés 30 ou 40 mètres de distance. Les cartes sont généralement à l'échelle de 1:5 000..

Autres

Il y a encore la course de nuit (qui se pratique l'aide d'une lampe frontale), le raid (qui peut prendre jusqu'à deux jours), la rand'orientation (sans chronométrage, l'important est de de faire savoir à l'organisateur qu'on a terminé), la course-ficelle (pour les tout petits), la course jalonnée (pour les débutants), la Rogaine (course au score de 12 48 heures), la Farsta, la radiogoniométrie sportive.

D'aprs Wikipedia.

 

 

 

Mise à jour : 13/08/2009